LA communauté sur la culture Geek et Japonisante qui ne se prend pas la tête ! (Japanim', Geekeries, Bakattitude et tout ce qu'il faudra pour t'amuser joyeusement !)


Soutenu par la CGT, un salarié de la CGT attaque la direction de la CGT aux prud’hommes

      
Partagez
nikos
Tacos

avatar
Mes petites Infos

Informations générales
Mes petits Liens




Soutenu par la CGT, un salarié de la CGT attaque la direction de la CGT aux prud’hommes





Responsable de la sécurité du siège de la CGT, Marcel Yalala réclame le statut cadre que sa direction lui a promis il y a dix ans…

Dans les années 1980, Marcel Yalala a fait ses classes dans l’armée de terre de la République démocratique du Congo. « Autant dire que je sais résister à la pression… », sourit-il. Mardi, c’est donc « sereinement » qu’il a distribué, avec ses camarades, des tracts devant le siège de la CGT à Montreuil (Seine-Saint-Denis) pour dénoncer l’attitude de ce syndicat qui l’emploie depuis 2007.

Responsable sécurité et incendie du siège de la CGT, cet homme de 54 ans a saisi le conseil des prud’hommes de Bobigny le 1er septembre pour être rétabli dans ses droits. « D’après le protocole d’accord, il devrait bénéficier du statut cadre. Ce qui n’est pas le cas. Nous réclamons donc le versement d’arriérés de salaires et d’heures supplémentaires », expliquent Grégory Saint-Michel et Nadja Diaz, ses avocats, à 20 Minutes.

Ils m’ont accompagné jusqu’à la sortie du parking

Sauf que la direction de l’Aful-CGT, l’association qui gère le siège ne l’entend pas de cette oreille. Vendredi dernier, elle a convoqué Marcel Yalala pour lui signifier qu’il était désormais « dispensé d’activité » avec maintien de sa rémunération et qu’une procédure de licenciement était « envisagée » à son encontre.

« Deux personnes m’ont accompagné à mon bureau pour que je récupère mes affaires puis jusqu’à la sortie du parking pour m’assurer que je quittais bien le siège de la CGT, raconte-t-il.. Je leur ai quand même listé tous les rendez-vous que j’avais à honorer la semaine suivante…. »

« J’étais d’astreinte sept jours sur sept. »

A la tête d’une équipe de 15 personnes, Marcel Yalala était, jusqu’alors, chargé de toute la sécurité du site dans lequel environ un millier de personnes transitent chaque jour. « A ce titre, j’étais d’astreinte sept jours sur sept, assure-t-il. C’est-à-dire qu’on me demandait de pouvoir me rendre sur le site en une heure en cas de souci à n’importe quel moment, jour et nuit. En dehors des vacances d’été, je ne pouvais même pas aller à la mer le week-end. On m’appelait tout le temps ! »

La CGT dénonçant depuis des années les conditions des salariés soumis aux astreintes, Marcel Yalala en a parlé à sa direction, à plusieurs reprises, persuadé qu’elle lui donnerait raison. « On m’a toujours dit que ma situation allait être revue prochainement, ou après les vacances, ou à la rentrée et je n’ai jamais rien vu venir », souffle le plaignant.

Pas d’accord lors de la première audience aux prud’hommes

Réclamant ce statut de cadre depuis un an, cet ancien responsable de la sécurité du siège de Péchiney s’est donc résolu à saisir les prud’hommes à la rentrée de septembre 2017. Entre les arriérés de salaires liés à la requalification de son statut, aux heures supplémentaires et aux astreintes, il réclame, selon ses avocats, près de 100.000 euros au syndicat dont les responsables n’étaient pas disponibles, ce mercredi, pour répondre aux questions de 20 Minutes à ce propos.

Le 17 octobre, la première audience de conciliation aux prud’hommes n’a permis de déboucher sur aucun accord. Une nouvelle audience sur le fond est donc prévue le 24 mai 2018. Qui sait si les camarades de Marcel Yalala ne lui manifesteront pas leur soutien à cette occasion ?














Spoiler:
 
Waha


avatar
Mes petites Infos

Informations générales
Mes petits Liens
ça va être compliqué de faire confiance à la cgt :p