LA communauté sur la culture Geek et Japonisante qui ne se prend pas la tête ! (Japanim', Geekeries, Bakattitude et tout ce qu'il faudra pour t'amuser joyeusement !)



42 résultats trouvés pour news

Il pose un emballage de sextoy sur la voiture de son chef et est licencié - Sam 10 Nov 2018 - 2:17





Il pose un emballage de sextoy sur la voiture de son chef et est licencié

 

 
Un appel à débrayer est lancé ce samedi dans un magasin Carrefour : un salarié a été licencié pour avoir, lors d'une grève, déposé un emballage vide de godemichet sur le véhicule du directeur du supermarché.

Ce n'est pas une blague. Un employé au rayon boucherie d'un supermarché Carrefour à Langueux (Côtes-d'Armor) a été récemment licencié pour faute lourde... pour avoir déposé un emballage de godemichet vide sur la voiture du directeur du magasin, en mars dernier, rapporte Ouest-France.

Cette procédure de licenciement n'ouvre le droit ni aux indemnités de départ ni au chômage.

"La raison invoquée par la Direction est le fait que Jimmy aurait, lors de la grève du 31 mars dernier, déposé un emballage vide de godemiché sur lequel était inscrit "cadeau des syndicats" sur la voiture du directeur", raconte une syndicaliste.

Le directeur "très affecté"


Dans la lettre de licenciement, le directeur estime qu'il s'agit d'un geste "choquant et ignoble", et que sa dignité en a été bafouée. La direction considère que "le contexte social ne peut pas justifier un tel geste. Le salarié a été licencié pour comportement inapproprié nuisant à l'entreprise, et en totale opposition avec ses valeurs" et ajoute que le directeur du magasin est "très affecté".

La CGT dénonce de son côté une "dégradation permanente des conditions de travail" et craint que "n'importe qui contestera les décisions de Carrefour" puisse être éjecté du jour au lendemain.

Appel à débrayer ce samedi

Afin de protester contre ce licenciement jugé injuste et de demander la réintégration de l'employé, la CGT de Carrefour a appelé les salariés du magasin à débrayer ce samedi.

Le 23 janvier, Alexandre Bompard, PDG du groupe Carrefour depuis l’été dernier, avait annoncé son "plan de transformation". Ce plan prévoit la suppression de 2 400 postes dans les sièges du groupe, via un plan de départs volontaires, et la sortie du groupe de 273 ex-magasins Dia, qui affecte 2 100 salariés, avec un plan social à la clé. En réponse, des mouvements et blocage avaient eu lieu dans 300 magasins du groupe Carrefour en mars dernier.






un pasteur arrêté pour vente de tickets … pour le paradis - Sam 10 Nov 2018 - 2:08





un pasteur arrêté pour vente de tickets … pour le paradis

 

 
Le 28 juin dernier, le pasteur Tito Wats a été arrêté par la police zimbabwéenne pour crime financier. Le pasteur demandait à ses paroissiens de l’argent en échange de tickets leur ouvrant les portes du paradis.

Rejoindre la demeure du Père se mérite... et peut coûter très cher pour les membres de la congrégation du pasteur Tito Wats au Zimbabwe. Pour les pécheurs il fallait débourser quelque 500 $ pour acquérir un laisser-passer pour le jardin d’Eden. Un prix particulièrement élevé pour ce pays où le salaire moyen avoisine les 2 dollars par jour. Pourtant, ils seraient des milliers à avoir fait confiance au pasteur Wats et à sa femme. Interpellé par la police pour « crime financier » puis interrogé, Tito Wats aurait déclaré se sentir « persécuté parce qu’il fait le travail de Dieu ».

Le pasteur se serait justifié en expliquant aux services de police avoir été personnellement informé par Jésus-Christ lors de leur rencontre, que ces tickets « en or pur » garantissaient aux fidèles leur salut.




Les fidèles devaient avaler des serpents vivants


En 2015, une autre histoire, celle du pasteur Mnguni, surnommé « Snake Pastor », avait fait le tour du web en Afrique du sud.A Soshanguve, un bidonville de Prétoria, Penuel Mnguni, à la tête de la congrégation chrétienne évangélique de « l’Eglise de la fin des temps », s’était fait connaître pour ses cérémonies particulières. Pas d’hostie ou de vin, mais des serpents et rats que les fidèles devaient avaler vivants, pour qu’il se « transforment en chocolat » une fois ingérés.

Des vidéos de lui marchant sur les membres de sa congrégation ou roulant sur eux avec son véhicule « pour les soigner » avaient suscité une large indignation. Le pseudo pasteur qui se faisait appeler « prophète » avait été arrêté puis libéré sous caution, avant de voir la tente sous laquelle il officiait brûlée par des habitants du Soshanguve peu convaincus par ses méthodes. Toujours actif sur les réseaux sociaux où il est suivi par près de 15000 personnes, le « Prophète Penuel » anime également des conférences en Afrique du sud mais aussi au Nigéria où il a aussi une communauté d’adeptes…







Il montre ses fesses aux policiers, perd sa sacoche et vient la réclamer au commissariat - Sam 10 Nov 2018 - 1:52





Il montre ses fesses aux policiers, perd sa sacoche et vient la réclamer au commissariat




Dimanche après-midi, des policiers qui se rendaient au poste de police de l’Alma ont croisé un adolescent en scooter. Une rencontre qui ne passera pas inaperçue…

Qui fait le malin tombe dans le ravin. Cette expression populaire colle bien à l’histoire qui s’est déroulée samedi à Roubaix et a été rapportée par la Voix du Nord.​ Samedi, en milieu d’après-midi, alors qu’ils se rendent au commissariat pour prendre leur service, des policiers croisent la route d’un jeune à scooter. A la vue des forces de l’ordre, l’adolescent se met debout sur sa machine et décide de montrer ses fesses avant de prendre la fuite.

Il laisse tomber sa sacoche, les policiers la récupèrent

L’histoire aurait pu s’arrêter là. Sauf que pendant sa démonstration, le jeune homme a laissé tomber une sacoche que les policiers ont récupérée. Téméraire, l’adolescent se rend quelques minutes plus tard au commissariat pour récupérer sa sacoche. Mais au lieu de retrouver son bien, il a été interpellé et placé en garde à vue pour outrage, refus d’obtempérer et conduite d’un scooter sans plaque ni assurance.







Ivre, il menace de transmettre le sida aux policiers venus l'interpeller - Sam 10 Nov 2018 - 1:39





Ivre, il menace de transmettre le sida aux policiers venus l'interpeller




Le tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime) a jugé le lundi 9 juillet 2018 un prévenu accusé de violences avec arme et de menaces à l'encontre de personnes dépositaires de l'autorité publique.

Dans un débit de boissons, le vendredi 8 juin 2018 à Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime), le prévenu se trouve mêlé à une rixe dont il est vraisemblablement l'instigateur. La police est appelée et découvre sur les lieux plusieurs personnes agitées, certaines blessées, et le prévenu, ensanglanté au visage et aux bras, armé d'un couteau. Les policiers remarquent à son élocution et à son comportement qu'il est sous l'empire de l'alcool. Devant eux, il se rebelle en leur crachant au visage, en les mordant à l'épaule et en leur assénant des coups de tête. Finalement maîtrisé, il continue de se débattre et, d'un geste de la main, il essuie le sang qui macule son bras pour le déposer sur le visage d'un des policiers.

"Tu vas crever, j'ai le sida"

Devant les policiers ébahis, il profère cette menace : "Tu vas crever, j'ai le sida !" Il est placé en garde à vue. Il dit qu'il n'a "aucun souvenir de la scène". Son casier judiciaire porte déjà quatre mentions pour conduite en état d'ivresse. Le policier molesté se verra octroyer cinq jours d'incapacité temporaire de travail. Son collègue, atteint par le sang de la victime et après les menaces qui lui ont été faites, doit subir une surveillance médicale de six mois.

Selon la partie civile, "les menaces proférées sont très traumatisantes". Pour le procureur de la République, "la gravité des faits est caractérisée". À l'issue de ses délibérations, le tribunal le reconnaît coupable des faits qui lui sont reprochés et le condamne à une peine de huit mois d'emprisonnement entièrement assortis du sursis, ainsi qu'à une mise à l'épreuve de 18 mois.







Un cambrioleur entre par effraction dans une escape room et n’arrive pas à s’évader - Sam 10 Nov 2018 - 1:30





Un cambrioleur entre par effraction dans une escape room et n’arrive pas à s’évader




Faire approuver son escape room par un cambrioleur professionnel, c’est une publicité qu’aucun propriétaire d’escape game ne refuserait. Bien malgré elle, cette salle de l’État de Washington en a profité. Le 8 juillet dernier, au petit matin, un certain Rye Wardlaw est entré par effraction dans le complexe pour repartir avec la caisse, mais il n’a pas réussi à en sortir. Le journal local The Columbian a partagé sa mésaventure le 9 juillet. Tamara Bertrand, une des propriétaires, s’est même autorisée une plaisanterie au journal : « Nous avons maintenant un taux d’évasion de 0 % avec les criminels. »

Wardlaw a pénétré dans le Northwest Escape Experience, une escape room de la ville de Vancouver, dans l’ouest des États-Unis. Selon les propriétaires, l’homme de 40 ans a d’abord tenté d’entrer par la porte de derrière, mais s’est finalement glissé dans la salle du service électrique, où il a trouvé la clé du reste du bâtiment. Il a finalement réussi à entrer dans l’escape room, mais après avoir fait tomber des casiers de rangement devant la porte, il s’est retrouvé coincé. Bloqué, il a appelé la police et a expliqué qu’il s’était réfugié dans l’escape room car sa propre maison avait été cambriolée. Il manquait visiblement d’imagination. Après vérification, les policiers se sont évidemment rendu compte que la maison n’existait pas et Rye Wardlaw a été arrêté. Son procès aura lieu le 20 juillet prochain.

Une salle d’escape game (ou escape room) est un jeu d’énigme et de collaboration particulièrement en vogue dans le monde entier depuis plusieurs années, après son introduction en Hongrie, à Budapest. Enfermés dans une pièce scénarisée, les participants ont généralement une heure pour récolter les indices qui les mèneront jusqu’à la sortie. Ce jeu fait appel à la logique, à l’observation et à l’esprit d’équipe, et remporte un succès planétaire tous âges confondu. Rye Wardlaw n’avait visiblement pas envie de jouer.






source :ulyces





Un touriste tombe dans une œuvre d'Anish Kapoor et finit à l'hôpital - Dim 14 Oct 2018 - 13:50





Un touriste tombe dans une œuvre d'Anish Kapoor et finit à l'hôpital




Il est "descendu dans les limbes" et en est ressorti pour aller à l'hôpital. Un touriste italien d'une soixantaine d'années a vécu une expérience assez périlleuse alors qu'il visitait une exposition d'art à la Fondation Serralves à Porto. Le malheureux observait une rétrospective consacrée à l'artiste britannique Anish Kapoor, lorsqu'il est tombé dans un trou, rapporte The Art Newspaper.

Il semblerait en effet que ce touriste italien n'a pas fait attention à l'installation "Descent into Limbo" (1992) (Descente dans les limbes) et soit tombé dedans, le 14 août dernier. Il s'agit d'un grand trou noir de deux mètres de diamètre à l'intérieur d'un grand cube en ciment. Le trou en question est recouvert d'une peinture absorbant la lumière, donnant ainsi une réelle impression de vide abyssal.

L'homme a été conduit à l'hôpital, mais le personnel du musée a confié à The Art Newspaper, quelques jours après l'incident, que le visiteur se remettait bien de l'accident et qu'il était prêt à rentrer chez lui. L'installation a cependant dû être interdite au public pendant quelques jours, le temps de trouver un meilleur moyen de la sécuriser.

Anish Kappor est un artiste de renommée mondiale qui a notamment exposé, à Versailles, son œuvre "Dirty Corner", une trompe d'acier à la connotation sexuelle évidente. Elle avait d'ailleurs été vandalisée à plusieurs reprises lors de son exposition







Un robot s’échappe d’un laboratoire russe et profite de sa liberté en ville - Sam 13 Oct 2018 - 0:03





Un robot s’échappe d’un laboratoire russe et profite de sa liberté en ville




À l’origine d’un embouteillage, il était aussi visiblement déterminé à ruiner la journée de nous autres, vils humains.

Ce droïde vient peut-être de nous prouver qu’une future rébellion des robots est d’ores et déjà en train de s’organiser.

La scène quelque peu surréaliste – du moins pour notre époque – s’est déroulée dans la ville de Perm, aux portes de l’Oural, en Russie.

Un petit robot dénommé Promobot est parvenu à s’échapper du laboratoire dans lequel il était testé et a erré dans la rue, pendant près d’une heure, avant que ses batteries ne s’épuisent. L’engin humanoïde, installé en plein milieu de la route, aurait même bloqué le trafic et provoqué un embouteillage, avant qu’un homme ne le déplace de quelques mètres.

L’ingénieur qui était en train de travailler sur le robot aurait oublié de fermer la porte du laboratoire, rapporte l’édition locale du journal russe Argumenty i Fakty.

Filmée par un témoin, la scène s’est rapidement retrouvée sur YouTube, sur le Washington Post et, dans une suite logique, entre nos mains. Toutefois, le caractère "accidentel" de l’indicent est mis en doute par certains médias russes, qui y voient plutôt un coup de pub de la part du fabricant de la machine.

Opération de comm’ ou pas, ne sous-estimons pas les capacités (et les intentions) de ces chers droïdes. Je ne le répéterai jamais assez : on ne sait jamais.









Il réclame sa libération car il n’aime pas les courgettes de la prison ! - Dim 7 Oct 2018 - 0:50





Il réclame sa libération car il n’aime pas les courgettes de la prison !





Trois dealeurs présumés, qui doivent être jugés le 17 octobre prochain, espéraient être remis en liberté avant l’audience. Leur demande a été rejetée, ce lundi. Ils restent en détention provisoire.


« Je ne vais pas vous mentir, la prison, c’est dur, c’est une leçon de vie. On mange mal, des courgettes vapeur avec de l’eau dedans. En une semaine, on a compris », a expliqué Karim, 18 ans, à la présidente du tribunal correctionnel de Meaux, ce lundi.

Ce Chellois de 18 ans, qui doit être jugé le 17 octobre prochain pour trafic de stupéfiants, exposait les raisons de sa demande de mise en liberté. Réponse de la magistrate : « On ne va effectivement pas se mentir, c’est dur. C’est pour cela qu’il faut tout faire pour ne pas aller en prison. »

Karim n’était pas le seul dans le box : son frère Mehdi, 19 ans, et un de ses copains, Maxime, 19 ans, réclamaient eux aussi d’être placés sous contrôle judiciaire avant l’audience. Le parquet s’est opposé à leur demande : « Les prévenus seront jugés dans très peu de temps. Le trafic dans lequel ils sont impliqués a instauré un climat délétère parmi les habitants ».

Des stupéfiants dans une école maternelle

Le tribunal a maintenu les trois prévenus en détention provisoire. « Vous avez un peu oublié de me dire que vous aviez stocké des stupéfiants dans l’enceinte de l’école maternelle ! », a précisé la présidente, en rendant le délibéré. La mère des deux frères, qui se trouvait dans la salle d’audience, est partie en colère et émue, escortée par un policier. « Les véritables responsables ne sont pas là ! »

Le 5 septembre, six Chellois, âgés de 16 et 19 ans, avaient été interpellés par les policiers du commissariat de Chelles, pour un trafic de stupéfiants commis aux abords de l’école des Tournelles. En juillet, 18 sachets de résine de cannabis conditionnés avaient été découverts entre la grille et la haie de l’école maternelle.







La gueule de bois et une tortue logée dans le vagin - Sam 29 Sep 2018 - 0:48





La gueule de bois et une tortue logée dans le vagin





Une Britannique a ressenti des douleurs dans le bas-ventre après une soirée arrosée avec des compatriotes. La découvert faite par les médecins a laissé tout le monde pantois.

Une affaire surréaliste enflamme la presse espagnole depuis une semaine. Une Britannique s'est rendue le week-end dernier dans un hôpital de l'île de Tenerife après avoir ressenti des douleurs dans le bas-ventre. Là, les médecins ont fait une découverte inhabituelle, qui les a poussés à appeler la police. La patiente présentait en effet une infection aux parties génitales, causée par la présence d'une torture d'eau douce morte.

Abasourdie, la femme, une expatriée selon le «Mirror», a déclaré aux agents ne pas savoir comment le reptile avait bien pu finir dans son vagin. Elle a cependant avoué que «les douleurs ont commencé quelques jours après avoir fait la fête avec des amis anglais».







Un pompier vient secourir un perroquet sur un toit, l’oiseau lui dit de dégager - Ven 21 Sep 2018 - 23:34





Un pompier vient secourir un perroquet sur un toit, l’oiseau lui dit de dégager

 

 

Le métier de pompier est loin d’être une sinécure. Quand ils ne combattent pas le feu, ils se risquent parfois à secourir des animaux coincés sur des hauteurs. Comme ces pompiers d’Edmonton, une banlieue au nord de Londres, qui ont été appelés le 14 août pour récupérer un perroquet perché sur le toit d’une maison depuis trois jours. L’oiseau récalcitrant, raconte LADBible, les a accueillis en leur disant de « foutre le camp », tout simplement.

L’ara bleu femelle nommé Jessie avait pourtant l’air mignonne au premier abord, avec son beau plumage jaune et bleu. Mais lorsque le pompier londonien venu le chercher lui a demandé de s’approcher, Jessie lui a rétorqué un tonitruant « Fuck off! » qui l’a choqué. Son langage ne se rapportait visiblement pas à son plumage.

« Elle se trouvait sur le même toit depuis trois jours, on craignait qu’elle n’en soit pas descendue parce qu’elle était blessée », raconte Chris Swallow, qui a supervisé le sauvetage. « On a fini par découvrir qu’elle avait un langage fleuri, ce qui nous a bien fait rire. » Pour se montrer plus contrariante encore, Jessie s’est envolée vers un autre toit après avoir copieusement insulté les hommes du feu. Puis vers un arbre. Puis, enfin, chez sa propriétaire. Tout est bien qui se finit fuckin’ bien.




 
 
source :ulyces





Un conducteur espagnol contrôlé positif à toutes les drogues du test ! - Ven 21 Sep 2018 - 23:25





Un conducteur espagnol contrôlé positif à toutes les drogues du test !





Alcool, cannabis, amphétamine et méthamphétamine, cocaïne, opiacés... triste carton plein pour un automobiliste espagnol arrêté dans le nord du pays.

C'est un triste carton plein réalisé par un jeune automobiliste espagnol le week-end dernier. Les policiers de Carcastillo, dans le nord de l'Espagne, ont arrêté une voiture signalée pour un comportement suspect. A son bord, quatre hommes et deux femmes âgés entre 26 et 29 ans.

2000 euros d'amende et 12 points de moins

Lorsque les forces de l'ordre demandent au conducteur de se prêter aux contrôles, ils découvrent que ce dernier est sous l'empire de l'alcool, avec 0,6 mg/l, soit au-dessus de la limite légale. Mais ce n'est qu'un début... Le jeune homme s'avère également positif à toutes les drogues testées, soit cannabis, amphétamine et méthamphétamine, cocaïne et opiacés.

Le véhicule a été immobilisé. Le conducteur a écopé d'une amende de 2 000 euros et douze points en moins sur son permis de conduire. Les occupants du véhicule ont également reçu une amende de 200 euros pour non-port de la ceinture de sécurité.






Après une dispute avec sa femme, il crashe un avion sur sa propre maison - Jeu 20 Sep 2018 - 23:51





Après une dispute avec sa femme, il crashe un avion sur sa propre maison





Un pilote professionnel est mort ce mardi 14 août à Payson, dans l’Utah, après s’être écrasé sur sa propre maison aux commandes d’un avion, rapporte The Independent. Duane Youd s’était disputé avec son épouse plus tôt ce jour-là, et il voulait se venger de la plus destructrice des manières. Le Cessna est en miettes, sa voiture est en miettes, la façade de la maison est bien esquintée, Duane n’est plus de ce monde, mais heureusement pour Mme Youd et son fils de 17 ans, ils s’en sont sortis indemnes.

Le sergent Noemi Sandoval, de la police de Payson, a expliqué aux journalistes que d’après leur enquête, le couple s’était violemment disputé après avoir bu. Après être sortis pour tenter de retrouver leur calme et régler leurs différends par la parole, Duane Youd s’en serait pris physiquement à la survivante avant d’être arrêté par la police pour violence conjugale – pour la deuxième fois en quelques semaines. C’est en sortant du commissariat qu’il a mis son macabre plan à exécution, après s’être emparé d’un Cessna Citation appartenant à son employeur.

L’homme a décollé aux environs de 2 h 30 du matin de l’aéroport voisin de Spanish Fork-Springville, avant de diriger l’appareil vers sa résidence, 25 km plus au sud. L’enquête suit son cours, mais il semblerait selon le sergent Sandoval que Duane Youd ait été assez précis dans sa folie pour percuter de plein fouet la porte d’entrée de sa maison.






Deux Allemands s’échappent de maison de retraite pour aller à un festival de metal - Jeu 20 Sep 2018 - 0:02





Deux Allemands s’échappent de maison de retraite pour aller à un festival de metal




Au milieu de la foule déchaînée du Wacken Open Air, un festival de métal organisé chaque année dans le nord de l’Allemagne, la police est tombée ce samedi 4 août 2018, à 3 heures du matin, sur deux personnes « désorientées et hébétées ». Les seniors étaient recherchés depuis que, la veille, ils s’étaient échappés de leur maison de retraite, relate Deutsche Welle. Réticents à quitter le lieu des concerts, ils ont finalement été escortés, en taxi, par une voiture de patrouille.

« Ils aimaient apparemment le festival de métal », a déclaré le porte-parole de la police, Merle Neufeld. « Après l’intervention de la police, la maison de retraite a organisé leur retour. » Pour sa 29e édition, le Wacken Open Air invitait les artistes Danzig, Judas Priest, Hatebreed, In Flames, Running Wild, Arch Enemy, In Extremo et Eskimo Callboy. Quelque 75 000 personnes étaient attendues, mais, malheureusement, certaines n’ont pas pu rester jusqu’au bout.

Le tribunal a mis sa décision en délibéré mi-juillet.






le prof d’histoire-géo dessinait des pénis au tableau - Mer 19 Sep 2018 - 23:26





le prof d’histoire-géo dessinait des pénis au tableau

 

 
Au lycée du Haut Forez, l’enseignant de 37 ans parlait de préservatif en cours de français, dessinait des pénis en histoire-géo et écrivait des mots doux à certaines élèves. Il est poursuivi pour corruption de mineur et harcèlement sexuel. Délibéré mi-juillet.

À l’automne 2016, le prévenu, 37 ans à l’époque, était enseignant au lycée professionnel du Haut Forez. Deux jeunes filles de 15 et 16 ans, élèves de seconde, portent plainte : leur professeur de français et d’histoire-géo a, envers elles, un comportement et des propos grivois.

"J’ai eu une posture totalement inappropriée"

Au procès, les exemples s’enchaînent. L’enseignant, parlant de préservatif en cours de français, lâche à ses élèves que « pour moi, il faut une taille XL ». « Je reconnais avoir lancé une blague déplacée », souffle-t-il aux juges. Dans un autre cours, il dessine un pénis au tableau. « Le vidéoprojecteur s’est mis en veille, ça a pris la forme d’un sexe. Les élèves riaient, j’ai juste fini le trait. »

Il y a aussi, plus particulièrement envers les deux jeunes filles, une série d’actes familiers, voire vulgaires. Cette proposition de les ramener chez elles, par exemple. « S’il se passe quelque chose dans la voiture, vous serez consentantes. »

Le prévenu l’admet, « j’ai eu une posture totalement inappropriée. Je suis désolé, je n’avais aucune intention de passer à l’acte ». Puis tente de se justifier. Une grave maladie durant l’enfance et l’adolescence. « Une grande partie de mon traumatisme date de cette époque. » Et une stérilité. « Quand on n’a aucune estime de soi parce qu’on n’a pas pu faire ses enfants soi-même… »

Le  procureur veut un an avec sursis mise à l’épreuve pendant trois ans. « Il est évident que son positionnement par rapport à des mineurs est totalement défaillant. C’est quelqu’un qui n’a pas de filtre, mais on n’est pas dans une dynamique pédophile. »

Le tribunal a mis sa décision en délibéré mi-juillet.






Il enferme son bébé pour aller faire la fête... puis va se plaindre à la police - Mer 19 Sep 2018 - 23:15





Il enferme son bébé pour aller faire la fête... puis va se plaindre à la police





2 h 30, dans la nuit de samedi à dimanche. Une mère de 30 ans appelle la police à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor). Elle a laissé sa fille de 18 mois à son compagnon... qui est parti faire la fête en laissant le bébé enfermé dans l'appartement. L'homme se présente deux heures plus tard au commissariat, ivre, pour se plaindre que la porte de son appartement a été cassée par les pompiers.

Dans la nuit de samedi à dimanche, vers 2 h 30, une femme de 30 ans appelle la police. Elle raconte qu'elle a laissé sa fille de 18 mois à son compagnon (avec lequel elle est sur le point de séparer) pour sortir avec des amies. Mais l'homme a lui aussi décidé de partir faire la fête quelques minutes plus tard. Il aurait laissé le bébé de 18 mois seul, enfermé dans l'appartement.

Aussitôt, la police arrive avec les pompiers devant l'appartement, situé dans le centre-ville de Saint-Brieuc. Ces derniers cassent la porte pour récupérer l'enfant. La petite se porte bien. La mère a trouvé une solution d'hébergement chez une amie à elle.

Le père débarque en voiture, ivre, au commissariat

L'affaire rebondit vers 4 h 30. Un homme débarque au commissariat de la rue Waldeck-Rousseau. Il est en colère car il a retrouvé la porte de son appartement cassée en rentrant de soirée. Il vient dire ce qu'il en pense aux policiers... qui l'invitent à rentrer dans les cellules du commissariat.

Il s'agit du père, âgé de 30 ans également, qui est ivre. Lorsque les policiers lui demandent comment il est venu au commissariat, il répond qu'il a pris sa voiture.

Placé en garde à vue pour délaissement d'enfant et conduite en état alcoolique, il est resorti libre ce dimanche. Le procureur devrait prendre une décision pour les poursuites judiciaires.






Il vend un meuble sur internet et oublie les 180.000 euros placés à l'intérieur - Mer 19 Sep 2018 - 23:05





Il vend un meuble sur internet et oublie les 180.000 euros placés à l'intérieur





Si vous vendez un meuble, assurez-vous que vous n'avez pas laissé des dizaines de milliers d'euros à l'intérieur. On n'est jamais trop prudent. Un sexagénaire français a oublié de procéder à cette vérification d'usage pour le plus grand bonheur des déménageurs chargés de transporter la commode vers le nouveau propriétaire.

Vous êtes content quand vous trouvez un billet de cinq euros dans un caddie au supermarché? Imaginez un peu le sentiment de ces déménageurs qui ont découvert 180.000 euros lors d'un a priori banal transfert de meuble. Petites différences, la somme était un peu plus importante et ils connaissaient l'identité du propriétaire.

Mais pas question de jouer la carte de l'honnêteté. Plus encore pour l'un des deux qui a prétendu à son collègue que la mallette glissée hors de la commode lors de l'installation dans le camion ne comprenait que... 2.000 euros, rapporte Nice Matin.

Pas de chance, l'ancien propriétaire a retrouvé la mémoire et averti la police.







il droguait sa femme pour regarder le film Dirty Dancing en boucle - Dim 16 Sep 2018 - 23:49





il droguait sa femme pour regarder le film Dirty Dancing en boucle





L’homme a été condamné à six mois de prison avec sursis et 1 500 euros d’amende.

Des mois de harcèlement, des milliers de SMS et de coups de téléphone à sa femme et à sa fille de 17 ans… Un homme de 51 ans a été condamné mardi par le tribunal correctionnel de Lisieux (Calvados) à six mois de prison avec sursis, 1500 euros d’amende et interdiction d’entrer en contact avec les deux femmes, rapporte Le Pays d’Auge.

Pour « apaiser » les fortes tensions avec sa femme, le prévenu avait pris l’habitude de lui administrer à son insu quelques gouttes d’un médicament antihistaminique aux propriétés sédatives. Pendant que sa femme était plongée dans un état second, le mari regardait en boucle son film préféré, « Dirty Dancing ».

«Somnolence imposée»

« Il était de plus en plus inerte dans le domicile, dans un état de dépendance totale de son épouse, a expliqué la procureure de Lisieux. La somnolence (imposée par le médicament), c’était pour éviter le contact et surtout ne pas faire d’efforts, rester dans cette inertie ».

Se rendant compte de la situation, sa femme a demandé la séparation. A partir de ce moment, le père de famille a commencé à harceler quotidiennement sa femme et sa fille. De mi-2017 à mi-2018, il leur a adressé plus de 9 000 textos et appels. Il va jusqu’à écouter les conversations à la porte du domicile et inonder d’appels le téléphone professionnel de sa femme… Une journée, il peut se livrer à 155 tentatives de communication.

Aujourd’hui hospitalisé et sans emploi, le père de famille n’était pas présent à son procès. Une procédure de divorce est en cours.






nikos

Déçu par sa salade, un enfant appelle la police - Dim 16 Sep 2018 - 23:44





Déçu par sa salade, un enfant appelle la police





Les forces de l'ordre se sont bien déplacées...

C'est un drôle d'appel à l'aide qu'on reçu les policiers canadiens le jeudi 14 juin peu avant 22h00.

Un garçon de 12, visiblement très déçu par la salade servie par la personne le gardant ce soir-là, a décidé de faire intervenir la gendarmerie royale d’Halifax au Canada.

Interloqués, les agents ont quand même fini pr se déplacer au domicile du petit... afin de lui faire des remontrances.

Abus des numéros d'urgence

Avant même que la police n'arrive sur les lieux, ce-dernier, impatient, aurait même rappelé le commissariat pour "savoir quand les agents finiront par venir", répétant que "cette salade ne lui plaît pas".

Dans son communiqué, relayé par Ouest-France, le caporal Dal Hutchinson explique que "cela soulève un sujet bien plus important, qui mérite qu’on en discute à n’importe quel âge. Le mauvais usage des numéros d’urgence téléphonique est un problème qui touche toutes les générations, qui mobilise des moyens importants et qui empêche les secours de s’occuper en priorité des urgences réelles."

Sur place, les policiers lui ont donc expliqué pourquoi il ne pouvait appeler le 911 (numéro d'urgence local) à tout va, et dans quels cas cela pouvait être nécessaire.

L'histoire ne dit pas s'il a été privé de dessert...







Il parie 80 euros sur 12 matchs du mondial et rembourse sa maison! - Dim 16 Sep 2018 - 23:37





Il parie 80 euros sur 12 matchs du mondial et rembourse sa maison!





C'est la belle histoire du weekend. Elle concerne Jérémy, parieur online, qui a validé une cote de plus de 2.400 sur 12 matchs de football combinés. Il remporte un chèque de monumental de 259.532,09 euros.

C'est ce qui s'appelle avoir du nez ou plutôt... beaucoup de chance ! Hier soir, un parieur qui répond au doux nom de "Jérémy", sur le site de pari en ligne Winamax, s'est offert le luxe de valider un pari combiné de 12 matchs avec une cote complètement hallucinante de 2403,33. Après s'être “risqué” (le premier pari étant remboursé) à miser 80 euros sur celle-ci, le voici donc propriétaire d'un joli chèque de 259.532,09 euros.

La chance était avec lui !

Avec un but allemand à la 95ème minute et une victoire in-extremis de la Suisse face à de vaillants serbes, ce jeune alsacien est passé par toutes les émotions avant d'encaisser le pactole. « Je regardais le ticket 300 fois par jour en me disant : « Ce n’est pas possible, ce n’est pas possible. Même à 3-0 pour la Colombie, je n’étais pas serein. Et puis ils ont gagné... et j’ai gagné 260.000 euros »

De quoi rembourser le prêt immobilier !

A tout juste 30 ans, cet ouvrier de production a déclaré vouloir utiliser cette somme pour rembourser le crédit de sa maison. « Je suis tellement heureux. C’est un soulagement énorme » disait-il après la victoire colombienne 3-0 hier soir.

Découvrez le ticket gagnant et les détails du pari










Ivres, ils saccagent la maison de leurs ennemis… mais se trompent d’adresse - Dim 16 Sep 2018 - 23:21





Ivres, ils saccagent la maison de leurs ennemis… mais se trompent d’adresse




Les propriétaires de la maison dévastée, des homonymes des personnes visées par les suspects, ont décidé de porter plainte.

En se réveillant dans une cellule de la gendarmerie, samedi matin, deux habitants de la petite commune de Genas, dans le Rhône, ont dû se sentir bien bêtes. La nuit précédente, ces deux hommes de 23 et 37 se sont rendus au domicile d’une famille rivale de la commune, rapporte Le Progrès. Entre les deux clans, l’antagonisme dure depuis très longtemps, selon le quotidien.

En pleine nuit, fortement alcoolisés et équipés d’une barre de fer et d’un marteau, ils ont pénétré dans la propriété, frappant sur le portail, arrachant une partie du grillage, saccageant le mobilier, cassant les vitres de la voiture et rayant la carrosserie…

La maison d’un homonyme

Peu discrets, les larrons ont évidemment attiré l’attention des voisins, qui ont appelé les gendarmes. Sur les lieux, ceux-ci ont rapidement maîtrisé et interpellé les deux délinquants. Ce n’est qu’une fois placés en garde à vue qu’ils se sont rendus compte de leur erreur. Le domicile auquel ils s’en sont pris était en fait celui d’un homonyme de la personne qu’ils visaient. Quand il a été informé de la situation, le propriétaire, stupéfait, a immédiatement porté plainte.

Le plus jeune des deux suspects n’a écopé que d’un rappel à la loi pour port d’arme. Il affirme n’avoir rien dégradé. Le second, qui prend tout à son compte et est déjà défavorablement connu des forces de l’ordre, a vu sa garde à vue prolongée jusqu’à dimanche matin aux fins d’une présentation au tribunal pour destructions graves de biens d’autrui.






Il cuisine son pied amputé et le sert en tacos à ses amis - Jeu 13 Sep 2018 - 23:05





Il cuisine son pied amputé et le sert en tacos à ses amis





Amputé après un accident de moto, un Américain a cuisiné son défunt membre en compagnie d'une dizaine d'amis. Un plat pour le moins insolite qui aurait le "goût du bison".

Une scène digne d'Hannibal. Un Américain de 38 ans a dégusté des tacos fourrés avec sa propre chair, en fait des morceaux de son pied amputé. Il a même servi ce drôle de plat à ses amis, qui en auraient apprécié la saveur, affirment nos confrères de Vice (en anglais).

L'individu a partagé son histoire sur Reddit, dans la rubrique "Ask me anything". "Salut tout le monde, je suis un homme qui a mangé un morceau de sa propre jambe amputée. Posez-moi vos questions", poste-t-il sur le réseau social, photos à l'appui.

"Dans un cadre éthique et non-dangereux"

L'homme raconte ensuite dans son message avoir eu un accident de moto il y a deux ans. "Ils ont pu sauver mon pied mais je n’aurais plus jamais pu le poser. J’ai décidé de le faire amputer. J’ai demandé aux docteurs si je pouvais le garder. J’ai signé quelques papiers. Je l’ai récupéré."

"En fait, mes potes et moi on a toujours blagué en se demandant si on mangerait de la chair humaine dans un cadre éthique et non-dangereux pour la santé, explique-t-il ensuite devant les questions des internautes, comme l'explique Madmoizelle. On a toujours répondu 'bien sûr que oui'. Alors quand l’opportunité s’est présentée, je les ai pris au mot."

"Ça a le goût du bison"

Dix amis l'ont accompagné dans cette aventure. L'un d'eux, chef de cuisine, a été chargé de mitonner cette étrange "pièce du boucher". La viande a été sautée avec du citron vert, des oignons et des poivrons. "Ça a le goût du bison, mais en plus coriace. Plein de viande et peu de graisse", résume-t-il.

"C’est meilleur qu’un hot dog ou un burger classique. Probablement aussi bon que du bacon, ce qui est pas mal." Selon lui, un seul de ses convives a recraché son plat. Les autres ont visiblement pris leur pied...






Une grand-mère étrangle un lynx enragé à mains nues dans un combat à mort - Jeu 13 Sep 2018 - 22:49





Une grand-mère étrangle un lynx enragé à mains nues dans un combat à mort




« Je me suis dit : “Pas aujourd’hui.” Il n’y avait pas moyen que je meure. » Et quand DeDe Phillips dit quelque chose, elle s’y tient. Cette femme de 46 ans, grand-mère et résidente du comté de Hart, au nord-est de l’État américain de Géorgie, a été attaquée par un lynx enragé le 7 juin dernier. Elle s’est défendue seule et a fini par réussir à étrangler la bête au terme d’un combat furieux, raconte le Guardian.

Elle était sortie sur la pelouse de sa maison pour prendre une photo du lynx, qu’elle avait aperçu par la fenêtre rôder autour des voitures. « Le chien de ma voisine aboyait et ça a attiré mon attention », a-t-elle raconté. « J’ai vu le félin et [je suis sortie] prendre une photo. En quelques bonds, il était sur moi et il me griffait au visage. » Élevée à la campagne par un père qui avait l’habitude de chasser ces animaux sauvages, DeDe a tout de suite réagi et agrippé le lynx à la gorge. Elle ne voulait pas appeler à l’aide, car sa petite file de cinq ans était à la maison et elle craignait que l’animal ne s’en prenne à elle.



Finalement, une fois le lynx inconscient, DeDe a crié à l’aide et demandé à sa belle-fille d’appeler la police. Les secours n’ont pas tardé à arriver, et elle est sortie saine et sauve de la bataille, bien que passablement amochée. On ne peut pas en dire autant du lynx, qui a vite regretté de s’en être pris à une grand-mère aussi badass que DeDe Phillips.







Un détenu avait une piscine gonflable dans sa cellule - Jeu 13 Sep 2018 - 19:15





Un détenu avait une piscine gonflable dans sa cellule





Un homme de 28 ans a été condamné à trois mois de prison ferme pour avoir eu une piscine gonflable durant sa détention à La Talaudière (Loire)


Le tribunal correctionnel de Saint-Etienne ne s’attendait pas à pareille affaire aussi insolite. « Comment fait-on pour faire entrer une piscine, même dégonflée, dans une prison ? » Car oui, comme s’en étonne un assesseur du tribunal, Nicolas (28 ans) avait bien une piscine gonflable dans sa cellule du centre de détention de La Talaudière (Loire).

Cet homme de 28 ans, aujourd’hui domicilié à Annonay (Ardèche), a passé quatre années à La Talaudière, comme le révèle Le Progrès. « Cette piscine me permettait de me rafraîchir l’été quand il faisait très chaud dans la cellule. Quand on ne travaille pas en prison, on a seulement droit à trois douches par semaine », justifie Nicolas, dont le surprenant secret a été découvert non pas lors d’une fouille, mais « via une vidéo qu’il a mise sur Périscope ».

Outre cette pataugeoire, un adaptateur wifi, un smartphone récent et ses accessoires ainsi que quatre grammes de cannabis ont été trouvés. Pour ce recel, l’homme a été condamné à trois mois de prison ferme.






elle surprend l’amant de son mari, nu avec le chien - Mer 12 Sep 2018 - 23:50





elle surprend l’amant de son mari, nu avec le chien





Cette femme rentrant au domicile conjugal, situé dans l’Agenais, n’aurait sans doute pas été plus surprise. Après avoir garé sa voiture devant la maison, et en ouvrant le garage, elle surprend un inconnu.

L’histoire aurait pu être celle d’un cambrioleur pris sur le fait, mais l’intrus, uniquement vêtu d’un tee-shirt, et donc l’intimité visible à l’œil nu, avait saisi le gros chien de la famille par le cou, comme s’il tentait de le ramener vers lui. Une posture équivoque.

Tout aussi interloqué de se trouver dans cette position inconfortable face à la propriétaire des lieux, l’intrus parvient à prendre la fuite.

Une tout autre histoire

Grâce au signalement donné, les gendarmes réussissent à retrouver l’individu et le placent en garde à vue pour violation de domicile et tentative de sévices sexuels sur un animal domestique.

"Il a affirmé être l’amant du mari, qui se trouvait dans la maison au moment où sa femme est rentrée"

La requérante n’était pas au bout de ses surprises. Au fil des auditions, l’homme a fini par livrer une autre histoire.

Il a affirmé être l’amant du mari, qui se trouvait dans la maison au moment où sa femme est rentrée, interrompant de faits, leurs ébats sexuels.

Une version démentie par le mari mais rapidement corroborée par les relevés téléphoniques, attestant d’échanges entre les deux hommes.

Le zoophile présumé a expliqué avoir voulu prendre la poudre d’escampette en entendant revenir madame, et désireux de faire cesser les aboiements du chien, avait tenté de l’attraper pour le remettre dans la maison.

L’amant a été remis en liberté à l’issue de sa garde à vue.





source :sud ouest





Des hommes armés ont braqué une imprimerie pour dérober... 300 000€ de cartes Panini - Mar 11 Sep 2018 - 21:36





Des hommes armés ont braqué une imprimerie pour dérober... 300 000€ de cartes Panini

 

 



Ça va un peu trop loin.

À chaque grande compétition, la folie Panini s'empare des amoureux de foot. Si bien qu'en Argentine, cette mania a dépassé les limites du raisonnable avec le braquage d'une imprimerie dédiée à ces petites vignettes, comme le rapporte le site allemand Dw. En effet, plusieurs hommes armés ont débarqué dans l'entrepôt, situé dans la ville de Munro près de Buenos Aires, et ont forcé les employés à leur remettre 600 boîtes de stickers Panini.

   Armed men stormed a Panini printing house and forced employees to unload more than 600 boxes of FIFA World Cup stickers into their truck.https://t.co/3Kb2ETgeID
   — dwnews (@dwnews) 6 juin 2018

"Des hommes armés ont braqué une imprimerie Panini et ont forcé les employés à charger 600 boîtes de stickers dans leur camion"

Selon les autorités, chaque boîte contenait 1 000 sachets de vignettes, chacun coûtant 0,50€. Si vous faites le calcul, cela revient à 300 000€ : un beau butin. Les suspects n'ont pas encore été identifiés, mais on se doute bien que ces derniers ne vont pas remplir seulement leur album, mais bien vendre ces stickers au marché noir.







Elle renomme son fils Kelvin parce que le tatoueur a fait une faute à Kevin - Lun 10 Sep 2018 - 22:57





Elle renomme son fils Kelvin parce que le tatoueur a fait une faute à Kevin





Au départ, son fils s’appelait Kevin. Problème : le tatoueur censé lui encrer le patronyme de son enfant a rajouté un « l » par erreur, immortalisant le prénom « Kelvin » dans la peau de la maman suédoise Johanna Sandström. De bonne foi – encore heureux –, l’artiste lui a remboursé l’intégralité du montant dépensé pour le tatouage, lui suggérant par la suite de se rendre dans une clinique afin de faire effacer l’œuvre au laser. Une solution trop coûteuse pour Sandström, qui a trouvé une parade : elle a fait changer officiellement le nom de son fils Kevin en Kelvin, rapporte The Local le 14 mai.

Comme elle le raconte, Johanna Sandström ignorait que le prénom Kelvin existait. « Plus personne n’appelle son enfant Kelvin. Après réflexion, j’ai réalisé qu’il était devenu unique, on le préfère à Kevin. » Désormais, Kevin s’appelle Kelvin, et la mère de famille n’a pas à rougir de son tatouage. Tout est bien qui finit bien. Bon, en revanche, l’intégralité du web est au courant de son histoire.






En prison depuis trois ans, il continue de recevoir les PV de sa voiture… utilisée par les gendarmes - Lun 10 Sep 2018 - 22:52





En prison depuis trois ans, il continue de recevoir les PV de sa voiture… utilisée par les gendarmes





Malik Kessaci, un habitant de Gardanne condamné pour "association de malfaiteurs en vue de préparer un crime", s'est fait saisir sa voiture par la justice en 2015. Il ne s'attendait pas à recevoir des PV pour excès de vitesse.


Depuis 2015, Malik Kessaci n'a pas quitté sa cellule. Pourtant, cet habitant de Gardanne, condamné à sept ans de prison pour "association de malfaiteurs en vue de préparer un crime", a été flashé une dizaine de fois à Perpignan (Pyrénées-Orientales) ou Fréjus (Var). "A un moment, j'ai écrit à la juge pour lui demander si elle ne l'avait pas remis en liberté à mon insu", ironise son avocat, Jean-Louis Keïta, contacté par franceinfo.

Cette situation ubuesque – déjà observée en 2016 dans l'Hérault – démarre le 10 juin 2015. Ce jour-là, Malik Kessaci est arrêté au volant de sa Citroën DS4. "On lui reprochait d'avoir monté une association de malfaiteurs pour éliminer des rivaux à Gardanne, pour des histoires de machines à sous", explique son avocat. Son véhicule est saisi et remis, le 10 novembre, à la section de recherche de la gendarmerie de Marseille, qui l'utilise comme voiture banalisée. "A partir de cet instant, ils ne vont pas arrêter de multiplier les infractions [des excès de vitesse] et mon client va commencer à recevoir les avis de contravention", poursuit Jean-Louis Keïta.

"Ils nous ont prélevé à la source 1 093 euros"

L'avocat pense d'abord que ce paradoxe s'explique par le fait que la saisie de la voiture est alors provisoire. Mais Malik Kessaci est condamné définitivement le 30 juin 2017. Pourtant, les contraventions continuent de tomber. "J'en ai encore reçu deux la semaine dernière", explique à franceinfo la mère du détenu, Patricia, chez qui il est domicilié. En trois ans, elle en a dénombré "plus de 10". "Comme je ne payais pas, ils nous ont prélevé à la source 1 093 euros", peste-t-elle.

Ces PV, c'est à eux de les payer, j’aimerais bien qu’ils rendent les sous qu’ils ont pris à tort.
Patricia Kessacià franceinfo

Aux dernières nouvelles, son fils n'a plus que deux points sur son permis de conduire. L'avocat a écrit aux autorités – en particulier au Centre automatisé de constatation des infractions routières (Cacir) de Rennes – pour signaler le problème et demander que la carte grise du véhicule soit modifiée. Sans succès. Devant l'inertie de l'Etat, Jean-Louis Keïta a décidé de "saisir" les médias en prenant la parole dans La Provence. "Quand on alerte les médias, c'est mieux que les lettres recommandées", sourit-il.

Contactée par franceinfo, la gendarmerie de région rappelle que, depuis 2011, "il est possible d'utiliser des véhicules saisis en cours de procédure". "Visiblement, ce véhicule fait partie d'une procédure qui n'est pas encore clôturée", explique-t-elle, avant de renvoyer vers le Cacir. Contacté par nos soins, ce dernier n'a pas répondu pour le moment.







La plantation de cannabis se trouvait en face du tribunal - Lun 10 Sep 2018 - 22:31





La plantation de cannabis se trouvait en face du tribunal

 

 

La police judiciaire de Lille a découvert environ 800 plants de cannabis dans un immeuble désaffecté situé en face du tribunal d’Instance de Roubaix, mardi 15 mai. Des suspects auraient été interpellés et placés en garde à vue.

Plus c’est gros, moins ça se voit. Environ 800 plants de cannabis ont été saisis mardi 15 mai à Roubaix (Nord), dans un immeuble inoccupé situé… en face du Tribunal d’instance. Et l’adresse ne s’invente pas non plus : la plantation « indoor » se trouvait à l’angle de la rue des Champs, rapporte La Voix du Nord.

L’enquête, menée depuis plusieurs semaines par la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Lille, a permis l’arrestation de suspects.

   [#ContreLesTrafics de #stupéfiants] Une vaste production clandestine de 800 pieds de #cannabis découverte par la Police Judiciaire de #Lille (#DIPJ) dans le quartier de l'Epeule à #Roubaix - La lutte contre la culture indoor dans la métropole lilloise ne faiblit pas - pic.twitter.com/LcvHOCIbHl
   — Police Nationale 59 (@PoliceNat59) 16 mai 2018

Dans un immeuble désaffecté

L’opération a été lancée ce mardi dans la matinée. Sur son compte Twitter, la police nationale du Nord a partagé les photos des plants de cannabis saisis dans cet ancien centre de montage des pneus. « C’est une grosse plantation qui a été découverte », a confirmé une source proche de l’enquête à 20 Minutes.

D’après cette source, utiliser des « friches industrielles » ou « des locaux commerciaux désaffectés pour cultiver le cannabis » est devenu une pratique courante dans la métropole lilloise. Ce procédé s’inspire notamment de ce qui se fait aux Pays-Bas. Selon 20 Minutes, plusieurs suspects ont été placés en garde à vue.







Alors que sa mère le croit en classe, un jeune de 12 ans prend des vacances à Bali - Ven 7 Sep 2018 - 17:38





Alors que sa mère le croit en classe, un jeune de 12 ans prend des vacances à Bali





Après une dispute avec sa mère, un jeune adolescent a quitté son domicile. Sa mère pense alors qu'il se rend à l'école, comme ça aurait dû être le cas. Mais il n'en est rien. Il prend plutôt la décision de rejoindre... Bali!

Le jeune de 12 ans a réservé un billet d'avion au sein d'une compagnie qui accepte que les mineurs voyagent non-accompagnés. Une fois à l'aéroport, l'Australien a utilisé les bornes d'enregistrement automatique afin de ne pas attirer l'attention et de voyager en toute tranquillité. A Bali, il a séjourné durant quatre jours dans un des meilleurs hôtels avant d'être retrouvé par les données de localisations émises par son téléphone.

Le jeune s'envole alors vers l'Indonésie. Une fois que l'école a constaté l'absence du jeune homme, elle a pris le soin de contacter sa maman, qui était très mal à l'aise au téléphone... Après coup, le garçon de 12 ans est convaincu que ce qu'il a fait est cool car il voulait partir à l'aventure, explique-t-il à une télévision australienne.






Père de neuf enfants, il apprend qu'il est stérile depuis toujours - Ven 7 Sep 2018 - 17:18





Père de neuf enfants, il apprend qu'il est stérile depuis toujours





Marié depuis 35 ans et père de 9 enfants, un enseignant marocain a appris qu’il était stérile depuis toujours.

Le quotidien Al Massae, qui a sorti l’information lundi, explique que l’homme a découvert son infertilité lors d’une consultation chez un urologue, après avoir enchaîné les analyses. D’après la même source, il souffrirait d’une varicocèle au niveau du testicule droit depuis plus de cinquante ans et ne pouvait donc en aucun cas avoir d’enfants.

Marié depuis 1983

Originaire de Sidi Slimane, au nord-est de Rabat, cet instituteur a porté plainte auprès du procureur du roi de Kénitra pour adultère – ce qui est puni au Maroc - afin de demander le divorce et rompre juridiquement tous liens avec sa femme et ses enfants.

S’il confie avoir eu des doutes sur la fidélité de sa femme qu’il avait épousé en 1983, il ne pensait pas qu’elle pourrait le tromper autant de fois, au point de mettre au monde neuf enfants de ces relations extraconjugales.

Une affaire qui a bouleversé l’opinion locale suite à l’état psychologique dans lequel s’est retrouvé l’homme en question.







Revenir en haut